Un jour ma Vie ....

TVIII. Chapitres 4 : Carpe Diem

Je ne suis pas partis voir David le vendredi comme d’habitude, mais samedi après midi. Monsieur devait emmener ses enfants à 16h chez sa futur ex femme ( qui est pour lui ex depuis des mois ), il les a eu pendant 15 jours. Bref.

Oreille attentif et toujours à l’écoute de l’autre, j’ai écouté David me parlé de sa femme durant un peu près d' 1heure, avant qu’il ne se rendent compte par lui même qu’il en parlait trop. Considérer comme bonne copine ( un peu spécial certes, mais bonne copine quand même, j’avoue que pour le moment, certes considération me va très bien), que David m’en parle ne me dérange pas car je sais pertinemment qu’il en a besoin. La soupape à éclaté.

Il m’a dit que quoiqu’il se passe à l’avenir, nous ne perdrons pas contact " parce qu’il m’aime bien ". J’ai envie de dire " c’est déjà ça de gagner ". Lol ?

Hier après midi, bien fatiguée de sa crève ( oui encore ) et de nos ébats de l’après midi, David et moi sommes endormis enlacés dans les bras l’uns de l’autres, dans son lit. J’ai dû m’assoupir un bon moment car lorsque je me suis réveillés, il faisait encore jour. Mais ce n’est pas pour autant que je me suis levé. Non, je ne voulais pas réveillés David, alors je me suis mise à penser. Je me suis tellement perdu dans mes pensés, que la nuit à fini par tomber. C’est alors que je me suis dites que si il était dans les 20h, j’aurais peut être une petite chance de restés encore une nuit. Et ce qui est arrivés. Lorsque j’ai commencé un peu à bouger, David à fait de même. Il a commencé par me serrer dans ses bras, puis ses mains ce sont baladés un peu partout quand soudain… une crampe monumentale me submerge. Mon pieds droit s’est paralysé, incapable de faire bougés mes doigts de pieds, j’ai été contrainte et forcés de devoir sortir du lit pour me mettre debout pour pouvoir appuyés mon pieds à terre, sur le ( faux ) parquet bien froid. Ouf.. me voilà soulagée, c’est passé.

Ah oui, c’est vrai que j’ai oubliée de vous dire qu’entre le moment où je suis sortie du lit et de celui de la station debout, David avait eu le temps de me dire : " Bon ben vu l’heure qu’il est, tu restes dormir hein, tu partiras demain matin ou demain midi, c’est comme tu veux. Tu penseras juste à bien claquer la porte en partant. "
Pour quelqu’un qui dit que je ne suis qu’UNE copine ( non SA copine ) ... Mouais.. Bon, à côté de ça, ont ne peux pas dire qu’il me fait des baisers fougueux ( ils sont carrément inexistant ), sans parler de la bise qu’il m’a faites avant de partir bosser ce matin. SAUF ce midi, là j’ai eu le droit à mon petit smack. C’est complètement anodin mais de sa part, ça m’a fait super plaisir.

Je sais, ça vous paraît bizarre, mais ce mec est paumé, il sait plus. Comme je l’avais aussi été fusse une époque, c’est un handicapé des sentiments momentané. Tout va revenir très progressivement, faut juste du temps, c’est tout.

Revenons à nos moutons. Je disais donc après que je sois sortis du lit et ma crampe passé ( avec une petite frayeur quand même ), je suis allée rejoindre David sur le canapé. Enfin, c’est moi qui étais assise sur le canapé, lui en fasse de moi, en train de se rouler un pétard, comme d’habitude. Ont se demande se qu’ont va regardés ce soir à la Tv ( oui car pour les câlins s’était mort, mais pas d’importance ). A un moment, il prends son phone, le regarde, puis soudainement prends son Pc. Pensant que David l’avait allumer pour aller sur Meetic, je n’est rien dis, j’ai laissé faire. Il est bien resté un bon quart d’heure planter devant son écran. En faites j’avais tout faux.
Il avait juste surfer sur le net rechercher le site de téléchargement pour pouvoir télécharger le dernier spectacle de Franck Dubosc. Pff !! ! la conne. Comme si David allait faire ça devant moi. Rha là là ...

Donc soirée Franck Dubosc, allongés l’uns contre l’autre sur le canapé. Et bien, une soirée comme ça, à rire et à aimer la même chose, ben ... je sais pas, ça m’a fait bizarre. Je n’est pas ou plus l’habitude… ça m’a plu, j’étais bien, c’était génial, j’en redemande ! !
Eclatés durant tout le spectacle, rarement arrivés, surtout que c’était partagés, c’est ça qui à été rare. Et tout ce qui est rare est précieux.

Vivre l’instant présents… CARPE DIEM ...

Au lit pas longtemps après le spectacle, endormis très vite tout les deux.
Ce matin, David s’est levé à 6h, je me suis réveillé en même temps, il m’a demandé si je voulais un café, me l’a apporté au lit, comme à son habitude ( pour ça il est chou je ne demande rien !! ! ). Je me suis finalement levé aussi pour rapporté ma tasse dans l’évier de la cuisine, nous avons un peu parlés, lui , à commencer à mettre son uniforme, ( Oh punaise qu’il est sexy !! ! ), puis à mettre ses bottes, je me lèves pour lui dire au revoir et c’est à ce moment… qu’il me fait la bise… me dit à tout à l’heure, puis part en faisant attention à ne pas trop claquer la porte.

Oui alors je ne vous ai pas n’ont plus dit qu’aujourd’hui je n’est pas bossé car j’avais ma journée de récup', c’est pourquoi j’ai pu resté dormir chez David dimanche soir, sinon je me serais résolu à partir, et ce malgré l’heure tardif.

Je me suis rendormis une petite demi heure sur le canapé. Au cours de la matinée, j’ai regardé " A toute épreuve " un film vraiment ciblés pour les ados, c’était vraiment naze. Puis je vais prendre ma douche, m’habiller puis en entrant dans la cuisine, j’me dis que peut être que si je rangeais la vaisselle du lave vaisselle et mettais la sale à l’intérieur, ça ferait plaisir à mon hôte. J’ai même nettoyé et débarrassé la table basse du salon.

Lorsque David est rentrer, il devait être midi, pile poil comme il me l’avait dit le matin même. J’étais devant " Les vacances du petit Nicolas ". Pfff !! ! celui-ci était encore plus naze que le précédent.
David s’est posé en face de moi, comme tout le temps, sur son fauteuil " Club ", un vestige de " sa vie d’avant " m’avait il dit le soir précédent, il était toujours en train de se rouler un pétard " pour se détendre ". C’est pathétique mais si ça peux l’aider à tenir le coup..
Après son pét', David s’avachie bien confortablement dans son fauteuil, me jetant des regards coquins plus qu’assistant. Enfin, il se décide à s’asseoir à côté de moi. Le respect et le prestige de l’uniforme me force à rester à l’écart de lui, je n’ose même pas le toucher. Puis voilà que David s’allonge, ce qui le pousse à mettre ses longue jambes belle et muscler sur les miennes. Une caresse dans le dos me suffis à faire de même sur ses jambes puis à remonter doucement tout le long de son corps. Ceci n’amènera qu’a des caresses intimes mais intense.

Après cette parenthèse coquine, je lui fais des pâtes, je l’oblige à mangé alors je lui mets la tonnes de pâtes dans son assiettes. Il n’en mangera que la moitié, mais il mangera quand même, contrairement à la veille où il n’avait quasiment pas touché son steak, mais avait tout de même mangé ses frites.

Un café puis de nouveau un pét' et le voilà repartis pour la journée. En partant, David me fait un doux baisers sur les lèvres. Oui. Enfin un. Il était bref, mais il a existé, le temps d’un instant. Le voilà qui ferme la porte avec son " à la prochaine ? " avec son ton d’interrogation. Oui, bien sûr à la prochaine, crois tu que je vais te laissé comme ça ? Tu ne me connais pas encore très cher.
A peine 5 minutes plus tard, après avoir fait le tour de son grand appart' pour voir si je n’avais rien oubliée, je pars à mon tour en claquant la porte, comme David me l’avait demander.

Me voilà dehors, il ne faisait pas froid, il fallait que j’attendes 20 min avant que le bus n’arrive. Durant ce temps, je suis dans mes pensées, dans ses souvenirs immortel que nous nous sommes crées. Le temps passe, le bus arrive, me voici enfin à la gare. Je recharge mon pass Navigo pour le mois, puis pour cette dernière semaine de février. Mon pass ne passe pas à la machine, une personne de la RATP vient me voir, y’à un pb avec ma carte, ça dure au moins bien 45 min avant de pouvoir résoudre le problème. Je prends le RER pour la Porte de Versailles, j’ai 1 changement. Je vais au Salon de l’agriculture. Je me ruine. Je viens de m’offrir le Perfecto rêver depuis mes 9 ans. Je peux pas l’acheter de suite, faut que je revienne le chercher samedi avec 3 chèques, j’irais avec mes filles. Dans le salon, ont me regarde, je ne me rends peut être pas compte que l’on me trouve sublime, ont fini par me le dire, enfin ont ne me dit que je ne suis pas une gamine, je fais mon âge. Cela me rassure. C’est la fermeture de fin de journée pour le salon, je croise l’acteur Benoit Poolvorte. Il est juste un tout petit poil plus grand que moi. Il est tout sourire et à l’air d’être ouvert à tout le monde.
Lorsque je pars, il n’est pas loin de 19h, je serais de retour chez moi avant juste avant 20 heures, attente de mon bus ici compris. En rentrant, le lance un SMS à David pour lui dire que j’étais bien arrivée, il me réponds de suite, ont se textote 5 min. Juste surprise qu’il me réponde aussi rapidement.

Encore un excellent weekends de passé en très agréable compagnie.

CARPE DIEM ....